News Categories : News

19Oct
By: ANAFIC 0

Perspectives 2021, découvrez notre rapport sur les réalisations dans les collectivités locales !

 Le processus de décentralisation et de développement local engagé depuis la deuxième république a connu un bond qualitatif avec la création en 2016 et 2017, du Fonds National de Développement Local (FNDL), et l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). La mise en place de ces deux institutions complémentaires traduit la volonté politique de L’Etat guinéen de faire des collectivités, le cadre de mise en œuvre des politiques d’inclusion et d’éradication de la pauvreté en lien avec objectifs du Programme National de Développement Économique et Social (PNDES).

Un an s’est écoulé depuis le démarrage des activités de l’ANAFIC lancé officiellement lors des états généraux de la décentralisation en février 2019. Notre présence dans les 337 collectivités nous a permis de respecter nos promesses grâce à la planification locale qui a abouti au financement de 791 microprojets prioritaires issus des Programmes Annuels d’Investissement (PAI). Ce bilan élogieux révèle qu’avec l’ANAFIC, les droits à l’éducation, à la santé, à l’eau, un environnement sain deviennent une réalité

Cette première année a été dense et riche d’enseignements dans de nombreux domaines. Nous renforçons le dialogue et la transparence dans la gestion de la chose publique locale à travers des démarches d’engagement citoyen et le système d’alerte précoce. L’avis de chaque citoyen compte pour améliorer la qualité des offres de service et promouvoir la participation des jeunes et des femmes dans un esprit d’équité.

Ce bilan met en évidence la performance de l’ANAFIC et atteste qu’elle est l’institution de référence pour le financement et l’accompagnement des collectivités.

Prenons rendez-vous pour 2021, année de renforcement des infrastructures et services existants pour l’amélioration du bien-être des populations.

Pour consulter l’intégralité de notre rapport cliquez ici

 

Pour consultez le détail par région, veuillez cliquer sur une des cases ci dessous:

 

 

 

 

Read More
11Oct
By: ANAFIC 0

Les agents de développement local plus que jamais opérationnels

C’est sur sa moto fraichement livrée que Sékou Philo Camara, Agent de Développement Local de la commune Sougueta  –  65 mn de Kindia-   exécutera désormais sa mission d’appui. Pour jouer son rôle d’appui technique à la collectivité de Souguéta, il doit assurer une présence continue auprès de ses  22 districts.

Ce précieux équipement, lui permettant de mener à bien sa mission le réjouit. « La moto facilite mon travail. Avant, il fallait que je quitte la collectivité pour aller au centre-ville pour faire imprimer les PV de réunion au bureau régional de l’ANAFIC ou dans un cyber » témoigne Sékou.

Sékou Philo Camara, ADL de Souguéta

 

 

Le même sentiment anime les 216 autres agents de développement local bénéficiaires qui ont reçu à la fois des motos et des ordinateurs dans le cadre de leur mission.

D’une commune à un district, il faut parfois parcourir 15 à 20 km sur des routes parfois pénibles.  Ces motos permettront aux ADL de maintenir la proximité indispensable dans la prise en compte des exigences des populations au niveau locale.

 

 

 

Dans la commune Kokota, Préfecture de Lola dans la région de N’zérékoré, Gopou Ninahara vient de faire signer aux 17 conseillers le PAI de l’année dans un délai record. « Ici, je couvre 9 districts et les districts ne sont pas si proches les unes des autres. Grâce à ma moto j’ai pu rejoindre les 17 conseillers chaque conseiller pour obtenir sa signature. L’ordinateur aussi est un outil indispensable dans la réussite de ma mission. Désormais, la rédaction des rapports et l’impression de document administratifs deviennent plus interactif ».

Maurice Keita, ADL de Ourékaba

La mise à disposition de ce matériel roulant et informatique revêt une importance capitale pour le personnel communal.

Pour Maurice Keita, ADL de Ourékaba dans la région de Mamou, les interventions sur le terrain deviennent plus faciles et l’ADL devient plus proches des communautés au regard sa mobilité.

« La commune de Ourékaba est une commune de convergence et donc très importante. Pour être à l’écoute de 13 collectivités composées de 57 secteurs, il faut du temps et de la présence dans la commune et ses recoins. C’est un gros coup de pouce ».

Il faut rappeler que cette mise à disposition des motos et de matériel informatique concerne les 217 nouveaux agents de développement local recruté par l’ANAFIC grâce au concours financiers de l’agence française de développement et de la banque mondiale en Guinée.

Ces agents de développement local relèvent des collectivités locales et donc la matérialisation d’une fonction publique locale.

Il faut rappeler que la remise des 217 motos et 337 ordinateurs a été faite le 22 septembre denier au siège du Ministère de l’Administration du Territoire à Conakry. Acheminé depuis cette date vers les sept représentations régionales de l’ANAFIC, le matériel a été remis au fur à mesure aux ayant droit.

 

Read More
28Sep
By: ANAFIC 0

MATD-ANAFIC : du matériel roulant et informatique pour les agents de développement local

Le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a abrité le 22 septembre la cérémonie de remise officielle de 217 motos pour les nouveaux agents de développement local.

Cette remise symbolique de matériel a eu lieu sous la houlette du ministre de l’Administration du Territoire et de la décentralisation le Général Boureima Condé.

Ce matériel est mis à la disposition des Agents de Développement Local grâce au soutient financier de l’agence française de développement (AFD) et de Banque Mondiale dans le cadre du Projet d’Appui à l’Agence NAFIC (PANAFIC).   En plus des motos, les ADL bénéficient également de 337 ordinateurs et accessoires pour les 307 collectivités.

 

Dr Laye Camara, Responsable Technique des Opérations de l’ANAFIC, a, au nom du directeur général, remis les clés des motos au ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, en présence des membres de son cabinet, des cadres du MATD et de l’ANAFIC.

Monsieur le Ministre du l’Administration du Territoire dans son allocution a tenu à adresser des mots de félicitation au Directeur Général de l’ANAFIC et son équipe pour l’ensemble des réalisations en faveur des guinéens.

Monsieur le ministre a par ailleurs rassuré les donateurs quant à l’utilisation à bon escient de ces motos par les agents de développement local, dont la mission est d’aller de district en district pour évaluer les besoins des populations et les remonter à la commune rurale pour faciliter in fine l’élaboration et le suivi du PDL et du PAI.

Le Général Boureima Condé a également remercié les donateurs pour leur soutien constant à la Guinée. Au sujet du matériel, il a rassuré qu’il est un grand atout pour les agents de développement local qui dont la mission est d’aller de district en district pour évaluer les besoins des populations et les remonter à la commune rurale pour faciliter in fine l’élaboration et le suivi du PDL et du PAI.

Read More
05Sep
By: ANAFIC 0

L’ANAFIC forme des conseillères communales en français administratif

Dans le cadre de l’exécution de sa mission d’accompagnement des collectivités locales, l’Agence Nationale de Financement des Collectivités locales (ANAFIC), a organisé une formation à l’intention des femmes conseillères communales des régions de N’zérékoré, Faranah et Kankan.

Cette formation s’est tenue au siège de l’ANAFIC du 25 au 29 août a pour objet de renforcer les capacités des conseillères communales en français administratif, techniques de rédaction de procès-verbaux, lettre administrative et la prise de note en autres.

 « Cette formation porte essentiellement sur le français administratif. Elle a quatre sous-thèmes fondamentaux dont des actions liées à des rédactions des lettres administratives, la prise des notes et des outils utilisés en matière d’élaboration des procès-verbaux au niveau des différentes réunions auxquelles elles participent. Il y a un autre sous-thème qui est extrêmement important : c’est le renforcement des capacités qui permet de savoir comment bien expliciter ses idées pour convaincre son interlocuteur. Les conseillères peuvent éprouver des complexes liés assez souvent aux difficultés de communication. » Selon le responsable de la formation au sein de l’ANAFIC, Dr Laye Camara,

 Pool ANAFIC /Institut français

L’objectif est de doter les conseillères communales des capacités qui leur permettent de mieux se positionner au sein de la commune. Elle peuvent s’affirmer en tant que leader à travers la qualité des documents qu’elles produisent et des discours qu’elles tiennent a confié la directrice des cours de l’institut français.

 

Il s’agit surtout de permettre aux femmes élues locales de mieux participer à la prise de décisions au niveau des communes et de pouvoir aussi rendre compte sans difficulté par écrit ou oralement des missions auxquelles elles ont participé.

L’activité est arrivée à point nommé parce que la formation des élues fait partie des 14 compétences des collectivités locales selon la 4ème vice-maire de la commune urbaine de Kankan Mme Doumbouya Aminata Doumbouya.

« Cette formation m’a donné plus de vision sur ma mission de conseillère communale » a-t-elle confié.

La représentante de la région de Faranah, Mme Selly Ly, conseillère communale de Dinguiraye envisage déjà une action de restitution.

 « Maintenant que je me suis familiarisée avec le français administratif, je sors avec beaucoup d’acquis et  je prête à l’action. Ce faisant, je pourrai m’impliquer avec une plus grande confiance.  Je partagerai cette expérience avec les autres conseillères », a-t-elle témoigné.

Une fois retournées à la base, elles comptent partager leurs expériences avec leurs collègues de la commune.

Pour Mme Thérèse Millimono, la parole est libérée pour l’élue locale quelle est. Elle se dit prête à s’investir davantage dans les actions de la commune de Guéckédou avec une contribution de qualité.

La Formation des conseillères communication découle d’une série de formations sur le même thème en collaboration avec l’institut français de Guinée.

En Guinée le taux de femmes dans les instances de prises de décisions reste encore faible. Au sein des conseils communaux seulement 16% de conseillers sur 6819 sont des femmes et 19% ont la moyenne d’âge de 40 ans.

Read More
22Août
By: ANAFIC 0

La PCA sur le terrain pour s’imprégner des réalités

Une mission d’évaluation dirigée par la Présidente du Conseil d’Administration de l’ANAFIC s’est rendue à Kindia, Mamou, Labé, Mali et Boké. Elle a fait le tour de plusieurs infrastructures de développement construites pour le bonheur des citoyens.

Dans chacune des collectivités visitées, la PCA a fait le point sur les niveaux d’avancement des travaux et de satisfaction des bénéficiaires.

A Kindia, Mamou, Labé, Mali et Boké les populations bénéficiaires ont témoigné leur reconnaissance au gouvernement pour la réalisation des marchés, des écoles, des postes de santé, des ponts et des forages.

Mamadou Lamarana Barry, Maire de la commune rurale de Yinbèrin/Mali …

 

« Nous sommes très contents des réalisations faites par ANAFIC à Yimbèrin. Cependant nous souhaitons voir le nombre d’infrastructures augmenter. Nous avons besoin d’un foyer de jeunes , de postes de santé pour  onze districts. »

 

Mohamed Mazeh Keita, 2ème vice-maire de Kolenté/Kindia,

 

« Nous  remercions le donateur qui est le chef de l’Etat qui a eu l’initiative de mettre ce programme en place. C’est un programme vraiment pilote et qui est bénéfique pour toute la population de Kolenté. »

Hadja Christine Sagno s’est dit satisfaire par la qualité des infrastructures réalisées dans ces collectivités.

 

 

« Je voudrais remercier son excellence Monsieur le Président de la République le professeur Alpha Condé qui a mis un personnel qualifié à la disposition des communautés pour leur développement. La visite nous a permis de voir combien les communautés sont satisfaites de ces réalisations. Partout où je suis passée je vois l’engouement. Et je me rends compte que les communautés se sont appropriés même du projet. » Hadja Christine Sagno, présidente du Conseil d’Administration de l’ANAFIC.

 

L’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC) est une initiative présidentielle. Depuis le démarrage de ses activités en 2019, elle a financé 337 programmes annuels d’investissement pour 791 microprojets réalisés dans toutes la Guinée. D’où l’objet de la mission de la PCA de l’ANAFIC pour s’assurer de l’exécution réelle des travaux dans les préfectures de Kindia, Mamou, Labé, Mali et Boké.

Read More
20Août
By: ANAFIC 1

l’ANAFIC appuie le secteur maraîcher à Kolaboui

A travers l’Agence Nationale de Financement des Collectivités locales  (ANAFIC), plusieurs préoccupations au niveau local sont prises en compte. Outre la réalisation des infrastructures d’autres projets qui tiennent à cœur les collectivités sont aussi analysés et matérialisés sur le terrain. C’est le cas Kolaboui !

Dans cette collectivité, trois groupements réunis au sein d’une union de 64 membres ont vu leur périmètre maraicher de deux hectares et demi aménagé avec une enveloppe de plus de 345 millions de franc guinéens à travers l’ANAFIC. L’ADL précise que les groupements ont reçu des intrants, des moto pompes, des tuyaux pour l’irrigation.

Sur un investissement de près de 30 millions en semence, les groupements ont réalisé un bénéfice de 40 millions grâce à l’appui reçu.

Champs de Mais

 

« C’est vrai que nous travaillons beaucoup mais c’est l’ANAFIC qui nous a donnée toute cette force. Nous les remercions infiniment pour ce soutien. » Kassafan Koumbassa, présidente du groupement Yaguissa.

Ce périmètre maraîcher qui abrite plusieurs cultures selon la saison fait la fierté de ces hommes et femmes qui se sont donnés la main pour prospérer dans leur domaine et faire prospérer leur localité.

Read More
14Août
By: ANAFIC 0

Vers une mise à échelle du SAPR

L’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locale (ANAFIC) a mis en place le Système d’Alerte Précoce et de Réponses rapides  à titre expérimental dans sept (7) communes (Kolaboudji, Kamsar, Mankountan, Doupourou, Boffa et Sangaredi ) dans la région de Boké.

Financé par la Banque Mondiale, le SAPR est un dispositif de veille pour la prévention des conflits sociaux qui affectent la bonne marche des activités. Dans cette phase pilote, Sangaredi apparaît comme la commune rurale qui s’est le mieux illustrée dans la maîtrise de l’approche avec 98 réponses pour 207 réclamations comme le confirme ci dessous le superviseur national du SAPR.

 

« A Sangarédi les conflits sont souvent entre les agriculteurs et les éleveurs. Il y a également les conventions minières entre les sociétés et les communautés qui sont sources de conflits. Je vis au sein de la communauté et je travaille avec 18 relais dans mon secteur. Dès qu’il y a un problème, nous le remontons auprès des services de l’ANAFIC et la solution est trouvée avec les autorités locales » Aguibou Coumbassa, moniteur du district de Tchiankounaye à Sangaredi.

Sur la droite, l’animatrice Bah Fatoumata Dioulé filtre une alerte

L’ONG   WANEP assure le déploiement de l’approche à travers des moniteurs formés pour être à l’écoute des citoyens et alerter les autorités locales sur d’éventuelles mésententes et parfois de crise comme ce fut récemment le cas à Kolaboui. Dans cette localité le siège de la commune a été saccagé en 2017.

L’approche sera déployée dans toutes les communes rurales au regard des résultats obtenus à l’issue de la phase pilote entamée en février 2019.

 

 

« Pour notre plan d’action de mise à l’échelle du SAPR, nous avons obtenu le soutien de la Banque Mondiale, notre partenaire financier » affirme Sarifou Diallo, Superviseur SAPR à l’ANAFIC

Le SAPR passe à la vitesse supérieure pour une mise à échelle sur les 337 communes rurales et urbaines de la Guinée.

Read More
Coordinateur National du PACV Alhassane Aminata Touré10Août
By: ANAFIC 1

La proximité s’impose , créons un trait d’union !

Le développement local exige de la proximité et de la spontanéité dans les échanges entre les parties prenantes tant aux niveaux central que local.  C’est pourquoi l’ANAFIC s’inscrit aujourd’hui dans l’utilisation du numérique comme un trait d’union avec les collectivités locales et les partenaires afin que se renforcent le dialogue, les démarches collectives et inclusives.

Je suis heureux de vous annoncer la naissance de notre newsletter, « La lettre de l’ANAFIC », un mensuel qui vous parle, vous donne la parole, recueille les témoignages autour des enjeux de développement de votre commune, le quotidien des populations et contribue à la valorisation de nos succès. Par ailleurs, nos autres plateformes digitales (Facebook, Tweeter, Linkedin, YouTube), vous permettront également de suivre nos différentes actualités et d’interagir avec nous.

Notre lettre d’information est une plateforme d’échange, un canal de communication et elle est partie intégrante de notre dispositif. Nous diversifions nos outils pour mieux servir et toucher tous les publics, notamment les jeunes et les femmes. Notre mensuel sera un carrefour animé par l’ANAFIC pour rendre visible l’investissement des pouvoirs publics pour le recul de la pauvreté et l’émergence de collectivités responsables engagées dans le développement durable.

L’ANAFIC a pu confirmer son positionnement en tant qu’Institution de référence pour l’accompagnement et le financement des collectivités locales et comme un collaborateur fiable pour les partenaires techniques et financiers.

 

Chers lecteurs,

Nous nourrissons nos vœux de faire de cette lettre, un trait d’union et un moyen de vous tenir informés.

 

Alhassane Aminata Touré

 

Directeur Général de l’ANAFIC

Read More
03Août
By: ANAFIC 0

Forécariah : La joie des femmes après la reconstruction de leur marché

Le maché de la Commune Urbaine de Forécariah fait peau neuve grâce à un financement de l’ANAFIC à hauteur d’ 1 milliard 300 millions GNF. Ce marché comporte désormais trois hangars, 32 boutiques, 426 places assises, un forage avec châteaux d’eau, des toilettes publiques, etc. Le marché avec les petits hangars, les magasins exigus et insalubres, des allées boueuses est devenu un vieux souvenir le marché pour les femmes de Forécariah. D’ailleurs elle ne chachent pas leur joie car leur quotidien change grâce à ce nouvel environnement de travail devenu très propre.

Madame Beliba Touré, présidente des femmes du marché de Forécariah témoigne :

« Nous, femmes de Forécariah, sommes très contentes et remercions le président Alpha Condé pour la reconstruction de notre marché. Avant on souffrait car Il y avait de la boue dans tout le marché ainsi que des ordures. Aujourd’hui nous avons eu un nouveau marché. Vraiment nous sommes très contentes. Nous allons bien entretenir bien entretenir ce joyau qui nous a été offert » a promis la présidente.

La joie de cette femme et celle tant d’autres bénéficiaires, rend heureux le responsable régional de l’Agence nationale de financement des collectivités locales (ANAFIC) de Kindia, Julien Mano.

« Nous pensons que les collectivités sont très contentes de ces réalisations que nous sommes en train de faire. Et à des endroits, ils nous donnent même des preuves que ça fait maintenant une vingtaine d’années qu’elles n’ont pas eu un service aussi réaliste qui présentent des résultats pragmatiques comme l’ANAFIC. Donc dans l’ensemble on est très contents, parce que si vous entendez la personne que vous voulez aider dire qu’elle est satisfaite de ce que vous faites pour elle, vous-même vous êtes très content »

En plus de ce marché dans la commune urbaine de Forécariah, un poste de santé  avec  résidence de service du chef de poste a été réalisé au quartier Allasoyah.

Read More
30Juil
By: ANAFIC 0

Trois questions au Maire de la commune urbaine de Dubréka, Elhadj Alseny Bangoura

Elhadj Alseny Bangoura, est fière de présenter les infrastructures réalisées au compte de l’année 2019.  Il témoigne de la qualité du travail de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC).  Entretien ….

 

Parlez nous de votre Programme Annuel d’Investissement de l’année 2019 ?

Notre PAI est sorti d’un PDL adopté lors d’un forum en 2018. Nous avions fixé quelques priorités telle que le centre de santé moderne que vous avez visité, a réhabilitation de la route km 5 et à ses deux projets s’ajoutaient un la réalisation d’un dépotoir qui n’a pas pu être réalisé.

Grâce à l’ANAFIC nous avons pu exécuter ces projets. Cependant avec nos propres ressources, nous avons pu construire des marchés et des écoles dans certains quartiers de Dubréka. Ce sont d’ailleurs ces écoles qui font 18 places et que nous devons équiper pour l’année scolaire prochaine.

Par ailleurs, nous avons réalisé aussi des forages. C’est vous dire que la commune fait beaucoup appel à ses propres ressources. Pour l’année 2019 l’ANAFIC nous permis de réaliser deux micro-projets.

 

Que pensez vous ANAFIC au-delà des fonds qu’elle vous alloue ?

Nous apprécions beaucoup le soutien de l’ANAFIC à travers à l’ADL et l’ingénieur conseil qui au quotidien nous accompagnent dans la réalisation de notre planification et la mise en œuvre de nos projets. Un personnel compétent et consciencieux qui s’assure de la qualité des travaux.

 

En tant qu’élu, comment vous définirez aujourd’hui l’action de l’ANAFIC dans le développement local ?

L’existence de l’ANAFIC découle de la volonté du Chef de l’Etat, le Président de la République, le Professeur Alpha Condé de retourner aux collectivités, 15% des ressources issues de l’exploitation minières, cela n’a jamais été le cas.  Je pense qu’à cette allure on aura de l’eau, de l’électricité, des hôpitaux, des écoles.  Il a voulu que les collectivités à la base, bénéficient des retombées des ressources budgétaires et des revenus miniers. Le minimum qui a été versé en 2019 par collectivité c’est un milliard ; on compte jusqu’à 4 milliards pour d’autres communautés, c’est du jamais vu en Guinée.  C’est l’instrument d’accompagnent du développement local manquait à la Guinée.

Read More