Clôture de l’atelier de formation en PGES : Invitation à la prise en compte de la thématique pour les projets de développement dans les collectivités locales

Le Directeur Général de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC), Sékou Mawa Touré, mercredi 14 février, à la clôture de l’atelier de formation des acteurs en politiques de sauvegarde environnementale et sociale.

Cette formation, qui a duré trois jours, a permis aux agents d’acquérir des connaissances sur les politiques de gestion environnementale et sociale et les violences basées sur le genre. Ils sont ainsi outillés pour prendre en compte ces aspects dans la planification des actions de développement dans leurs collectivités respectives.

Le directeur général de l’ANAFIC a exprimé son souhait que cette formation bénéficie à l’ensemble des participants et que ses recommandations soient prises en considération. Cette initiative s’inscrit dans la vision du général Mamadi Doumbouya visant à renforcer la collaboration entre le service public et les collectivités locale.

 C’est une recommandation forte du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, qui, selon le DG de l’ANAFIC, a souhaité que les thématiques ci-dessus soient prises en compte dans le nouveau guide de planification locale.

Le plan de gestion environnementale et sociale va s’assurer de la prise en compte de tous ces facteurs avant de procéder au financement des activités dans les collectivités.

Tout projet de développement engendre des impacts environnementaux. À Conakry, les communes de Matoto et Ratoma sont déjà très affectées par l’agression de leur mangrove. Pour prendre en compte les aspects environnementaux et sociaux dans le développement local, l’ANAFIC et ses partenaires, notamment la Banque mondiale et l’AFD, exigent le respect des normes de sauvegarde environnementale et sociale.

 

 

Enfin, cette formation a touché 78 acteurs communaux de différents profils, tels que des membres du conseil communal, des chargés de l’habitat, de l’action sociale, de l’assainissement, du MPFPEV, de la jeunesse, de l’environnement, des forêts et faunes, et ce, dans les communes de Kassa, de Kaloum, de Matam, de Dixinn, de Ratoma et de Matoto.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *